Afrotopia

19.06.2018

Penser le continent africain est une tâche ardue tant sont tenaces poncifs, clichés, et pseudo-certitudes. Depuis les années 1960, à l'aube des indépendances, la vulgate afro pessimiste a qualifié l'Afrique de continent "mal parti", "à la dérive". Au plus fort de la pandémie du Sida, des augures ont même préconisé l'extinction pure et simple de la vie sur le continent. C'est peu dire la violence symbolique avec laquelle le destin de millions d'individus a été envisagé sous le mode de l'échec, du handicap, voire de la déficience et de la tare congénitale. Plus récemment, une rhétorique de l'euphorie et de l'optimisme a vu le jour. Le futur serait désormais africain. Le continent réalise des progrès en termes de croissance économique et les perspectives y sont bonnes. La disponibilité de ressources naturelles et des matières premières aidant, le continent africain serait le futur eldorado du capitalisme mondial. Là aussi, ce sont les rêves produits par d'autres qui s'expriment.

 

Penser l'Afrique, c'est débroussailler une forêt dense et touffue, c'est redéfinir la vie autrement que sous le mode de la quantité et de l'avidité. En ces temps de crise de sens d'une civilisation technicienne ne sachant plus où donner de la tête, le défi consiste alors à scruter le politique, l'économique, le social, le symbolique, la créativité artistique. Il consiste également à penser un projet de civilisation qui met l'homme au coeur de ses préoccupations en proposant un meilleur équilibre entre les ordres économique, culturel et spirituel.Cet essai passionnant opère une véritable décolonisation conceptuelle et appelle à une réinvention de soi du continent africain.

 

À propos de l'auteur

 

Né en 1972 au Sénégal, Felwine Sarr a grandi entre Strasbourg, Kaolack, Tambacounda et Dakar, au gré des affectations de son père, un militaire. Formé à l’université d’Orléans, cet agrégé en économie enseigne depuis 2007 à l’université Gaston-Berger de Saint-Louis. Il a publié l’essai méditatif Dahij (Gallimard, Paris, 2009), le recueil de nouvelles 105, rue Carnot et le texte philosophique Méditations africaines (Mémoire d’encrier, Montréal, 2011 et 2012), puis l’essai Afrotopia (Jimsaan-Philippe Ray, Paris-Dakar, 2016). Il a cofondé le Laboratoire d’analyse des sociétés et pouvoirs / Afrique – Diasporas (Laspad) à Saint-Louis ainsi que la maison d’édition Jimsaan à Dakar. Il organisera fin octobre 2016 à Dakar et Saint-Louis, avec le politologue camerounais Achille Mbembe, la première édition annuelle des « Ateliers de la pensée ». L’objectif : faire le point sur l’état de la réflexion en Afrique francophone et impulser un courant de pensée « décoloniale », susceptible de faire d’autres propositions que la critique du temps de la colonie.

 

Parution : mars 2016

Éditeur : Philippe Rey

Collection : Documents

160 Pages

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
Please reload

Post à l'affiche

Culture numérique

24.12.2019

1/10
Please reload

Posts récents
Please reload

Archives
Please reload

Recherche par Tags
Please reload

Suivez-nous
  • Black Facebook Icon
  • Black LinkedIn Icon
  • Black Twitter Icon